SAMAIN, TOUSSAINT, NUIT D’HALLOWEEN ET FETE DES MORTS

    SAMAIN, TOUSSAINT,
    NUIT D’HALLOWEEN ET FETE DES MORTS

    Rebaptisée Halloween après que le pape Grégoire IV eut introduit en France, en 837, la Toussaint (fête de tous les saints) fixée au 1er novembre, la fête celtique de Samhain existait voici plus de 2500 ans et se déroulait tous les 31 octobre.

    Adoptée par les Gaulois, la fête de Samhain marquait la fin de l’été pour les peuples celtes, le début d’une nouvelle année, et constituait un moment privilégié de rencontre entre vivants et morts.

    D’origines distinctes, la ‘‘fête de tous les saints’’ et la ‘‘fête de la nouvelle année celtique’’ ne doivent pas être confondues avec une troisième, le Jour des morts, fixé dès 1048 au 2 novembre.

    Le culte des morts est aussi ancien que l’homme. Si loin qu’on remonte dans l’histoire, on le trouve déjà établi au cœur de l’homme : bien avant les philosophes, les populations primitives envisageaient la mort non comme une dissolution de l’être, mais comme un simple changement d’existence.

    Sans doute, ne croyaient pas que l’âme se dégageait de sa dépouille charnelle pour entrer dans une demeure céleste ; les populations primitives ne croyaient pas davantage qu’après s’être échappée d’un corps elle allait en ranimer un autre. Elles croyaient que l’âme du mort restait dans le voisinage des vivants et poursuivait à côté d’eux une existence souterraine et mystérieuse. C’est pourquoi, à la fin de la cérémonie funèbre, elles l’appelaient trois fois par son nom, trois fois lui souhaitaient de se bien porter, trois fois ajoutaient : ‘‘Que la terre te soit légère ! ‘’

    L’expression est arrivée jusqu’à nous, comme aussi la coutume du Ci-gît ou du Ici repose qu’on inscrivait encore au 20e siècle sur les monuments funéraires et sur les tombes de nos morts.

    Consultation d’un druide

    I – LA RESURRECTION, CROYANCE ADOPTEE DES L’ANTIQUITE

    La croyance à la résurrection des morts est générale dans l’Antiquité.

    Elle n’est pas une invention des druides, comme on pourrait le conclure à la lecture de César, Pomponius Mela[1] et Lucain[2] :

    « Les druides, disait César, veulent surtout persuader que les âmes ne meurent point, mais que des uns elles passent à d’autres après la mort ; ils pensent que c’est par cette croyance que principalement on excite le courage en ôtant aux hommes la crainte de la mort ».

    Quant à Pomponius Mela, il affirme que :

    ‘‘des doctrines enseignées par les druides à l’aristocratie, une seule s’est répandue dans le peuple, elle a pour objet de rendre les Gaulois plus braves à la guerre ; cette doctrine est que les âmes sont éternelles et qu’il y a une seconde vie chez les morts ‘’.

    S’adressant aux druides, Lucain dit que :

    ‘‘ les ombres ne vont pas au séjour silencieux de l’Erèbe, ni dans les pâles royaumes du profond Dispater ; le même esprit gouverne des membres dans un autre monde ; si vous savez ce que vous enseignez par vos chants, la mort est le milieu d’une longue vie ‘’.

    Cette doctrine est en fait une tradition antérieure au druidisme.

    Un aspect presque universel dans le monde antique est la nécessité d’une barque pour arriver au séjour des morts, connue dans la littérature la plus ancienne de l’Inde.

    On la trouve dans les textes scandinaves, et même en Egypte.

    Dans son Histoire ancienne des peuples de l’Orient classique (1895) Gaston Maspero[3] rapporte que montée dans sa barque, l’âme du mort ‘‘ pénétrait mystérieusement par la fente dans la mer occidentale, inaccessible aux vivants, et attendait la venue quotidienne du soleil mourant (…) La barque de ce dieu (…) s’arrêtait un moment aux frontières du jour ; les âmes instruites en profitaient pour se faire reconnaître et recevoir à bord. Une fois admises, elles prenaient part à la manœuvre et aux batailles contre les dieux ennemis ; mais elles n’avaient pas toutes le courage ou l’équipement nécessaires pour résister aux périls et aux terreurs du voyage ; beaucoup s’arrêtaient dans les régions qu’elles traversaient ‘’.


    [1] Pomponius Mela écrivait aux alentours de 43.

    Il est le plus ancien géographe romain connu ; il donna une description qui couvre le monde connu des Gréco-Romains.

    [2] Lucain (en latin Marcus Annaeus Lucanus), né en 39 à Cordoue, est un poète latin dont la seule œuvre conservée est La Pharsale.

    [3] Gaston Camille Charles Maspero (1846 – 1916) est un égyptologue français, professeur au Collège de France.

    La situation de cet autre monde varie suivant la position géographique des divers peuples celtiques.

    Dans La Légende de la mort chez les Bretons armoricains, Anatole Le Braz[1] remarque que les gens du continent le plaçaient volontiers dans les îles.

    Une tradition fixée par écrit au 6e siècle par Procope[2] rapporte que les habitants du pays situé en face de la Grande-Bretagne avaient pour charge de conduire les âmes des morts du continent dans l’île.

    Au milieu de la nuit, ils entendent frapper à leur porte, et une voix les appelle tout bas.

    Alors ils se rendent au rivage sans savoir quelle force les y entraîne. Ils y trouvent des barques qui semblent vides, mais qui sont tellement chargées des âmes des morts que leur bordage s’élève à peine au-dessus des flots. En moins d’une heure, ils sont arrivés au terme de leur voyage alors que d’ordinaire il leur faut une journée pour s’y rendre.

    Là, dans l’île des Bretons, ils ne voient personne, mais ils entendent une voix qui dénombre les passagers en les appelant chacun par leur nom.

    Monument celtique :
    Croix de la Montagne de la Justice,
    Route d’Auray à Carnac

    Ce n’est que d’après la littérature épique de l’Irlande que l’on peut se faire une idée de l’Elysée rêvé par les Celtes, pays merveilleux que l’on atteignait en s’embarquant sur une barque de verre au-delà de la mer.


    [1] Anatole Le Braz (1859- 1926), est un professeur de lettres, un écrivain et un folkloriste français de langue bretonne.

    [2] Procope de (500-565) est un rhéteur (avocat) et historien byzantin.

    Suite du texte en haut à droite

    On apercevait une grande tour transparente aux contours indécis ; dans les ouvertures des créneaux apparaissaient des formes qui ressemblaient à des hommes.

    Quiconque essayait d’aborder au pied de la tour était emporté par les flots de la mer.

    Au-delà de la tour s’étendaient des plaines fertiles plantées d’arbres étranges. Quelques-uns avaient des branches d’argent auxquelles pendaient des pommes d’or.

    Quand on heurtait ces pommes les unes contre les autres, elles produisaient un son si harmonieux qu’on ne pouvait l’entendre sans oublier tous ses maux. Au pied des arbres coulaient des ruisseaux de vin et d’hydromel.

    La pluie qui rafraîchissait la terre était de bière. Les porcs qui paissaient dans la plaine renaissaient, une fois mangés, pour de nouveaux festins. Partout une agréable musique flattait l’oreille et ravissait l’âme par ses douces mélodies.

    C’était bien la vie que le Celte avait pu rêver ici-bas.

    Toujours jeune, toujours beau, couronné de fleurs, il passait ses jours dans de longs festins où la bière ne cessait de couler et où la viande de porc ne manquait pas.

    Jamais il ne s’élevait de contestations pour savoir à qui devait revenir le meilleur morceau.

    Les combats étaient au nombre des plaisirs du peuple des morts ; les guerriers étaient armés d’armes éclatantes ; ils brillaient de l’éclat de la jeunesse ; les batailles étaient plus acharnées et plus terribles que chez les vivants et des fleuves de sang coulaient dans la Grande Plaine. Ainsi le Celte retrouvait dans l’autre vie tout ce qu’il avait aimé sur la terre, la musique, la bonne chère et la guerre.

    Cette croyance dans un prolongement de la vie a reçu des rationalistes diverses explications dont les meilleures, si l’on peut dire, ne sont guère satisfaisantes.

    C’est ainsi que, d’après Herbert Spencer[1], l’ombre mouvante des objets, l’image humaine réfléchie par les eaux, surtout les fantômes évoqués dans le rêve et l’hallucination durent suggérer aux premiers hommes la conception d’un « double », d’un corps subtil, plus ou moins séparable du corps mortel, d’un simulacre survivant à la mort et auquel on donna postérieurement le nom d’âme.

    De cette croyance primitive serait dérivée la nécessité de la sépulture.

    Pour que l’âme se fixe dans sa nouvelle demeure, il fallait que le corps, auquel elle restait attachée, fût recouvert de terre.

    L’âme qui n’avait pas son tombeau n’avait pas de domicile. Elle était errante et misérable, et c’est elle qui, pour punir les vivants de ne pas lui avoir donné le repos auquel elle aspirait, les effrayait par des apparitions lugubres…

    Mais la sépulture ne suffisait pas. Et les morts avaient encore d’autres exigences.

    Si près des vivants, ils ne voulaient pas être oubliés d’eux ; ils requéraient des hommages, des soins particuliers.

    Volontaires d’abord, ces soins devinrent rapidement obligatoires et prirent la forme de rites.

    Ainsi se serait établi le culte des morts. Il y avait un jour de l’année surtout qui était consacré chez les anciens à ce culte.


    [1] Herbert Spencer (182- 1903) est un philosophe et sociologue anglais.

    Suite du texte en haut à droite

    II – VIVANTS ET MORTS COHABITENT LE PREMIER JOUR D’AUTOMNE

    Avant l’ère chrétienne, les populations celtes qui peuplaient l’Irlande, la Grande-Bretagne, le Nord et l’Ouest de la Gaule, célébraient le Samhain ou Samain à la fin du mois d’octobre.

    Les tribus irlandaises vivaient normalement dispersées, et les sanctuaires étaient en même temps des champs de foire sans rien qui implique un culte permanent.

    La population se réunissait au centre politique et religieux des tribus (lieu où sont les tombeaux des ancêtres) et aux dates de fêtes. Il y en avait quatre principales :

    Le 1er novembre, Samhain, marque la fin de l’été (Samos) et probablement le début de l’année.

    Six mois plus tard, le 1er mai, au commencement de l’été (cet-saman), tombe la fête de Beltene, ou du feu (tein) de Bel ou Bile.

    Entre les deux se placent à trois mois d’intervalle les fêtes de Lugnasad (mariage de Lug) le 1er août, et celle de Oimele ou Imbale le 1er février.

    Ces quatre fêtes déterminaient dans l’année quatre saisons de trois mois ou quatre-vingt-cinq jours, qui paraissent avoir été coupées par d’autres fêtes les séparant en deux périodes de quarante-cinq jours chacune.

    Le souvenir de ces dernières n’est rappelé que par des fêtes de quelques grands saints irlandais qui tombent parfois aux mêmes dates, la Saint-Finmian en décembre, et surtout la Saint-Patrick les 15, 16 et 17 mars.

    Ces fêtes étaient des foires, des assemblées politiques ou judiciaires et aussi des occasions de divertissements, comme les courses.

    Croix celtique près de Carnac

    En fait, c’étaient surtout des assemblées religieuses, qui se déroulaient dans une atmosphère de mythe et de légende.

    On racontait ainsi le roi Muiccetach Mac Erca, ayant enfreint les défenses imposées par une fée qu’il avait épousée, fut assailli par les fantômes, et pendant que la fée mettait le feu à son palais, il se noya dans un tonneau.

    Les périodes de fêtes sont des périodes pendant lesquelles les esprits sont lâchés, le miracle est attendu et normalement réalisé.

    Le Samhain marquait la fin de l’été et le début d’une nouvelle année.

    Déguisements effrayants et vivres à profusion marquaient des festivités débutant à la nuit tombée, les premiers ayant pour but de passer auprès des morts pour l’un des leurs, les seconds visant à s’attirer leurs bonnes grâces et à les dissuader de saccager les récoltes.

    Ce cérémonial permettait de s’assurer d’une bonne année à venir. Un feu sacré, allumé par les druides, honorait Been, le dieu du Soleil, et chassait les mauvais esprits.

    Chaque famille recevait une braise lui permettant d’allumer chez elle un nouveau feu, qu’elle devait maintenir jusqu’à l’automne suivant.

    Suite du texte en haut à droite

    III – DU SAMAIN A HALLOWEEN, DE LA TOUSSAINT A LA FETE DES MORTS

    Sous la domination romaine, le Samain, fêté par les Gaulois, subit l’influence des célébrations en vigueur au mois d’octobre chez les conquérants pour fêter les morts, les feralia.

    Les feralia se passaient comme les nôtres en plein air. Les sanctuaires étaient fermés ; en effet pendant les feralia toute cérémonie était suspendue. Il semblait qu’il n’y eût plus d’autres dieux que les mânes des défunts présents sous terre.

    Aussi leurs tombes étaient-elles le rendez-vous de toute la population des campagnes et des villes.

    On les jonchait de fleurs et de couronnes ; on y joignait des épis, quelques grains de sel, du pain trempé dans du vin pur. Le reste de la journée s’écoulait en prières et en commémorations.

    On voit que notre Fête des trépassés (qui elle, se déroule le 2 novembre et dont l’institution se fera plus tard, au 11e siècle) ressemble singulièrement aux feralia des Romains.

    Et, de même, nous leur avons emprunté la fête qui précède le jour des morts et que nous appelons La Toussaint.

    Dans l’ancienne Rome, cependant, cette fête, qui s’appelait les caristia, suivait le Jour des morts au lieu de le précéder.

     

    Ovide[1] a laissé une description charmante des caristia :

    ‘‘Après la visite aux tombeaux et aux proches qui ne sont plus, il est doux de se tourner vers les vivants ; après tant de pertes, il est doux de voir ce qui reste de notre sang et les progrès de notre descendance. Venez donc, cœurs innocents ; mais loin, bien loin, le frère perfide, la mère cruelle à ses enfants, la marâtre qui hait sa bru, et ce fils qui calcule les jours de ses parents obstinés à vivre ! Loin, celui dont le crime accroît la richesse et celle qui donne au laboureur des semences brûlées ! Maintenant, offrez l’encens aux mânes de la famille ; mettez à part sur le plateau des mets arrosés de libations, et que ce gage de piété reconnaissante nourrisse les lares qui résident dans l’enceinte de la maison ! ‘’


    [1] Ovide, né en 43 av. J.-C., est un poète latin qui vécut durant la période qui vit la naissance de l’Empire romain. Ses œuvres les plus connues sont L’Art d’aimer et les Métamorphoses.

    Ce nom de lares, que portaient les mânes considérés comme protecteurs de la famille, de la maison, du domaine, de la tribu et de la cité, paraît avoir signifié maître ou chef.

    On voulait marquer ainsi que les ancêtres, même disparus, gardaient encore une autorité morale sur les foyers qu’ils avaient fondés. Ils étaient représentés dans l’atrium sous forme d’images de cire ou de statues de bois.

    A mesure que le Christianisme triompha, les temples des idoles furent détruits en Orient, et en Occident fermés seulement ou convertis en temples chrétiens.

    En 607, le pape Boniface IV fit ouvrir et purifier le Panthéontemple que Marcus Agrippa, favori d’Auguste, avait fait bâtir et avait dédié à Jupiter Vengeur – le dédia sous le nom de la sainte Vierge et de tous les martyrs, et y fit transporter vingt-huit chariots d’ossements des mêmes martyrs, tirés des cimetières de la ville. Puis il ordonna que tous les ans, au jour de cette dédicace, le 13 mai, on fît à Rome une grande solennité en l’honneur de la Vierge et de tous ces glorieux témoins du Christ.

    Le bâtiment prit le nom de Sainte-Marie aux Martyrs, puis Notre-Dame de la Rotonde en raison de sa forme. Telle fut la première origine de la Fête de tous les Saints.

    l’Empire romain. Ses œuvres les plus connues sont L’Art d’aimer et les Métamorphoses.

    Fête de tous les saints

    Suite du texte en haut à droite

    Pourquoi l’Eglise a-t-elle instituée cette fête ?

    L’une des principales raisons était d’honorer les saints n’ayant pas leur solennité particulière au cours de l’année :

    • Soit parce que leur sainteté ou même leurs noms ne nous sont pas connus,
    • Soit parce que leur grand nombre empêche de leur rendre un culte distinct et séparé.

    En 731, le pape Grégoire III consacra une chapelle dans l’église de Saint-Pierre en l’honneur de tous les saints et déplaça la fête au 1er novembre.

    Mais c’est Grégoire IV qui, venu en France en 837, sous le règne de Louis le Débonnaire, inscrivit la Toussaint au calendrier liturgique universel.

    Fêtée le 1er novembre, elle se combinait ainsi avec l’antique Samain, fête païenne se déroulant la nuit du 31 octobre au 1er novembre qui prit dès lors le nom anglais de all hallow’s eve signifiant veille de la Toussaint.

    Le Jour des morts n’était, lui, pas encore établi.

    L’usage de racheter par les aumônes et les prières des vivants les peines des morts, de délivrer leurs âmes du purgatoire, s’introduisit au 11e siècle.

    La croyance en un purgatoire, ainsi que d’un enfer, date de la plus haute antiquité ; mais elle n’est nulle part si clairement exprimée que dans le VIe livre de l’Enéide de Virgile.

    Cette idée fut peu à peu sanctifiée dans le Christianisme, et on la porta jusqu’à croire que l’on pouvait par des prières modérer les arrêts de la Providence, et obtenir de Dieu la grâce d’un mort condamné dans l’autre vie à des peines passagères.

    La légende de la fête des Morts

    Saint Pierre Damien (1007-1072) rapporte la légende liée à l’institution de la Fête des morts.

    Selon cette fable, un pèlerin revenant de Jérusalem fut jeté par la tempête dans une île voisine de la Sicile, où il fit rencontre d’un ermite qui passait là ses jours dans une austère pénitence, n’ayant pour habitation qu’une caverne.

    Ce saint reclus le reçut fort charitablement ; et ayant appris qu’il était de France, il demanda des nouvelles de Cluny et de son abbé si célèbre,

    L’ermite dit au pèlerin

    ‘‘Ici tout près, j’ai vu souvent des flammes effroyables et des feux qui semblent être capables de dévorer tout ce pays. Ils sortent des abîmes de la terre, élevant avec eux un million d’âmes, qui endurent des tourments insupportables et expient leurs péchés dans cet embrasement.

    Elles poussent des cris lamentables, au milieu desquels j’ai distingué les horribles hurlements des démons que j’ai vus, sous des figures affreuses, se plaindre avec rage de ce que plusieurs de ces âmes leur sont ravies avant le temps et sont conduites au ciel en triomphe, grâce aux prières, aux sacrifices et aux pénitences de tous les fidèles, et spécialement aux continuelles mortifications, aux sacrifices et aux prières de l’abbé de Cluny et de ses religieux, qui s’emploient dans cette œuvre de charité et de ferveur avec plus de zèle que tous les enfants de l’Eglise’’.

    Odilon, avant de lui apprendre que l’île était habitée par des diables ; que son voisinage était tout couvert de flammes, dans lesquelles les diables plongeaient les âmes des trépassés ; que ces mêmes diables ne cessaient de crier et de hurler contre saint Odilon, abbé de Cluny, leur ennemi mortel.

    Puis il exhorta fort le religieux, aussitôt qu’il serait arrivé en France, d’en donner avis à Odilon et de le prier de sa part de redoubler ses saints exercices.

    Ce rapport ayant été fait à Odilon, il établit que chaque année, le second jour de novembre, le lendemain de la fête de tous les saints, on ferait dans les monastères de son obédience la commémoration de tous les fidèles défunts.

    Ainsi fut initiée en 1031 dans le couvent de Cluny, la Fête des morts, que l’Eglise adopta et institua en 1048.

    Au cours du Moyen Age, la tradition du Samain s’effaça peu à peu en France au profit de la Toussaint et du Jour des morts, pour disparaître complètement et ne demeurer qu’en Irlande.

    Suite du texte en haut à droite

    HALLOWEEN, DU NAVET A LA CITROUILLE, UN RITE PAIEN

    Les festivités d’Halloween (contraction de l’expression anglaise all Hallow’s Eve signifiant la veille de tous les saints) durent leur implantation aux Etats-Unis à une maladie de la pomme de terre, qui poussa en 1846 nombre d’Irlandais à y émigrer.

    La tradition irlandaise consistait alors à creuser d’énormes pommes de terre ou des navets, que l’on illuminait à l’aide de bougies pour en faire des lanternes.

    En arrivant aux Etats-Unis, les Irlandais emmenèrent avec eux contes et légendes et substituèrent aux légumes de leurs ancêtres la citrouille qu’ils avaient découverte sur le sol américain.

     

    Parmi leurs légendes, celle du 18e siècle, de Jack O’Lantern, débauché de son vivant, il se voit refuser l’entrée du paradis et de l’enfer le condamnant à errer sur terre chaque 31 octobre. Il erre avec une lanterne creusée dans un navet qu’il était en train de manger et avec une bougie qu’il met à l’intérieur pour éviter que le vent ne l’éteigne.

    A la fin du 20e siècle, l’initiative d’une société française spécialisée dans le déguisement, bientôt relayée par l’industrie alimentaire américaine, fut à l’origine du retour en France d’Halloween qui, ne l’oublions pas, fut une coutume celte puis gauloise…

    « Trick or treat ! », ‘‘Un bonbon ou un sort !’’ crient les petits enfants grimés en fantôme ou en sorcière lorsque la porte des maisons s’ouvre.

    Dans la plupart des pays anglo-saxons, la soirée du 31 octobre est l’occasion pour les plus jeunes de récolter auprès du voisinage un maximum de friandises dans leur panier, si possible en forme de citrouille.

    Le Samain du Moyen Age était donc une fête qui précédait la Toussaint imposée par le pape Grégoire IV et qui était tout à fait tolérée et acceptée par le monde chrétien. La fête de tous les saints, «the evening of all Saints’ day», devint au fil des siècles «All Hallow’s Eve», puis «Hallowe’en».

    Halloween est ainsi la version moderne de la fête de la Samain,
    Où la croyance populaire consistait à penser qu’une fois par an,
    Le monde des vivants et celui des morts coexistaient l’espace d’une nuit…

    Texte proposé par Solange Bouvier

    Issu de La France Pittoresque