QU’EST-CE QU’UN ESTAMINET ?

    QU’EST-CE QU’UN ESTAMINET ?

    L’estaminet : ce mot est désuet, mais quelle place il occupe dans notre existence !

    On dit aujourd’hui, café, taverne, brasserie, bar, mais qu’importe, sur la pancarte de bois, sur la façade peinte à la chaux jaune ou blanche s’étale quelque fois encore le vieux mot et l’estaminet vit toujours. Peu de gens connaissent l’origine de ce mot.

    I – ESTAMINET, LES ORIGINES

    Estaminet… Terme singulier pour un endroit unique en son genre, dont l’origine étymologique reste incertaine.

    L’histoire du mot ‘‘estaminet’’ ou débit de boissons populaire est plutôt riche et donne lieu à plusieurs hypothèses concernant son origine.

    L’estaminet au 19e et au début du 20e siècle, c’est un café aux multiples facettes : commerce, lieu de réunion des sociétés locales, tribune politique, rendez-vous des fêtes populaires.

    En 1802, l’Académie française le définit en une formule lapidaire : ‘‘Assemblée de buveurs et de fumeurs’’ ayant établi le constat, a posteriori, que cette appellation nouvelle qu’on ne trouve qu’à partir du milieu du 18e siècle désigne aussi le lieu où elle se tient.

    Il est précisé également que ‘‘Cet usage qui vient des Pays-Bas s’est propagé à Paris où l’on dit aussi Tabagie pour distinguer ces sortes d’assemblées’’.

    • L’hypothèse la plus répandue est que le mot serait d’origine wallonne :

    Viendrait de ‘’Staminé’’ qui signifie une salle à piliers ou encore d’un jeu wallon, le stamon, appelé jeu du poteau.

    De là, quand on voulait se réunir pour boire de la bière, pour traiter des affaires entre les pots de bière, on disait : ‘‘Allons au sta, Menheer’’ et, peu après, par corruption ‘‘Allons à l’estaminet’’.

    • Une origine flamande lui est également attribuée :

    Quelques-uns prétendent que stameny et par conséquent stamenet (stamenee en flamand) vient de stam qui veut dire souche et qui pris au figuré, signifie famille, l’estaminet serait donc une réunion de famille.

    C’était parmi les anciennes grandes familles de Flandre un usage très ancien de se réunir alternativement chez l’une d’entre elles, après les travaux ou les affaires de la journée, pour boire ou manger ; c’est ce qu’on appelait être en famille, ‘‘in stam’’. Puis, ils admettent au milieu d’eux des amis, des personnes étrangères.

    Or, d’après les anciennes chroniques, il arrivait souvent que les hommes ainsi rassemblés vidaient plus de pots de cervoise qu’il ne fallait, au point que leur raison en était altérée.

    estaminet_02

    Estaminet normand

    De là, le mécontentement des ménagères ; les maris ne voulurent plus subir les observations et prirent la résolution de se réunir dans un endroit où ils seraient à l’abri de la surveillance conjugale. Et, comme ceux qui les recevaient gagnaient de l’argent, d’autres les imitèrent et fondèrent des établissements semblables, sous la même dénomination. Peu à peu on y prit goût et les estaminets se multiplièrent, même au-delà de la Flandre.

    Quoiqu’il en soit, on ne peut nier que c’est surtout pour la commodité des voyageurs qu’ont été établis ces lieux de rafraîchissement et de restauration.

    Le patron flamand invitait d’ailleurs les clients à entrer en leur lançant un ‘‘Sta Menheer’’malicieux, soit ‘‘faites une halte, Monsieur’’.

    Finalement cette phrase, réclame bon marché de la maison, passa de bouche en bouche, et fut adoptée comme enseigne, tant parce qu’elle était devenue sacramentelle que par son laconisme significatif.

    • Une autre explication commune, wallonne et flamande :

    Proviendrait du mot étable, staulle en wallon, stalle en flamand.

    • D’autres chroniqueurs font venir le mot estaminet de stamelen :

    Qui veut dire balbutier, avoir la langue épaisse, chanceler, état dans lequel se trouvent ordinairement les amateurs d’estaminet, après de trop copieuses libations.

    Un estaminet en 1922.
    Dessin extrait d’un calendrier de 1922.
    Collection C. Decraene.

    II – L’ESTAMINET, DANS LES EXPRESSIONS ET DANS LA LITTERATURE

    Au fil du siècle dernier, la vie moderne a fait disparaitre petit à petit ces lieux de rencontre et de convivialité ; ils sont à l’origine d’expressions, aujourd’hui oubliées.

    • Ton langage d’estaminet (ton langage sans gêne)
    • Pilier d’estaminet (fainéant qui passe son temps à fumer et à boire)

    III – L’ESTAMINET, D’HIER A AUJOURD’HUI

    Les estaminets se nichent dans le cœur des villages de la Flandre française (Nord-Pas-de-Calais).

    Ce ne sont pas vraiment des cafés, mais on peut y boire. Pas vraiment des restaurants non plus, mais on y mange.

    Les estaminets sont d’abord des lieux de convivialité. Chacun possède son propre style, avec une décoration intérieure plus ou moins chargée, mais il y a toujours deux constantes : la pompe à bière et les grandes tablées.

    Chaque estaminet est une histoire à raconter

    Au 18e siècle, ‘‘l’estaminet était exclusivement réservé aux hommes, « qui venaient boire, fumer et refaire le monde », explique la propriétaire d’un estaminet.

    Le mot Estaminet était très utilisé avant la première guerre mondiale, et désignait plutôt un débit de boisson et où l’on pouvait participer à des jeux traditionnels.

    On y trouvait souvent, dans le même lieu, une épicerie ou un maréchal ferrant, l’estaminet s’apparentait un peu à nos cafés multiservices d’aujourd’hui.

    C’est donc l’endroit où l’on se retrouve avec un verre. Puis les lieux se sont ouverts à la restauration, proposant une cuisine familiale, avec des fourneaux qui se trouvent au milieu des clients.

    Maisons de villages, fermes, granges ou même anciennes écoles maternelles : les estaminets ont tous une histoire à raconter. Il y en aurait plus de 300 dans le Nord-Pas-de-Calais.

    Tous les estaminets ont leurs particularités et leur propre style. Souvent, on y rencontre de vieux ustensiles trouvés dans les brocantes, de vieux poêles à charbon, des jeux flamands, des feuilles de houblon, des meubles anciens, des photos locales anciennes …

    Comme de nombreux petits commerces, ce lieu de vie avait disparu, il n’en restait que des enseignes défraîchies sur des façades en briques rouges.

    Depuis quelques années, ils reviennent à la mode, les enseignes en façade sont de nouveaux clinquantes, et s’affichent maintenant sur les réseaux sociaux.

    Ils se situent en majorité en Belgique, en Nord-Pas-de-Calais et en Picardie. Ils font partie du patrimoine culturel des Pays du Nord.

    On rentre dans un estaminet comme on rentre chez des amis. On y toujours bien accueilli !

    Texte proposé par Solange Bouvier
    Sources et photos : La France pittoresque – Internet

    Un estaminet du Nord imaginaire

    Nous contacter
    Secrétaire d'association : Claudine PRORIOL
    GEAH
    325 Rue du Lion d'Or - 38890 VIGNIEU
    Informations des autres associations patrimoniales
    Notre association est soutenue par :

    Archives