ENTRE BIEVRE ET RHONE : LA VILLA DE LICINIUS, LE PRIEURE DE SALAISE-SUR-SANNE & LA MAISON SAINT-PRIX

    Date limite d'inscription : 12 avril 2022

    Samedi 23 avril 2022 : ENTRE BIEVRE ET RHONE : LA VILLA DE LICINIUS, LE PRIEURE DE SALAISE-SUR-SANNE & LA MAISON SAINT-PRIX

    Samedi 23 avril 2022, notre périple nous conduit dans trois villages situés ‘‘Entre Bièvre Et Rhône’’, dans le département de l’Isère, pour la découverte de pans de leur patrimoine.

    Ce sera un voyage où nous déroulerons le temps, depuis le IIe siècle après J.C, puis l’époque médiévale et enfin le 20e siècle.

    TROIS COMMUNES, TROIS LIEUX, TROIS HISTOIRES, TROIS ASSOCIATIONS

    CLONAS-SUR-VAREZE : la villa de Licinius où l’aventure de la mosaïque nous sera contée

    Lors de travaux de forage dans une propriété privée du centre du village on découvre, en août 1996, la mosaïque du dieu Océan (dieu de l’abondance des eaux et du commerce fluvial et maritime) datant du IIe siècle après J.-C.

    Ses dimensions sont impressionnantes -9,50 m sur 7,10 m- soit 67,7 m2.

    Ce pavement polychrome de facture très fine – agencé selon un quadrillage de bandes à damiers déterminant 26 médaillons et un tableau – ornait une des pièces principales de la villa de Licinius -sans doute le triclinium, salle à manger et pièce de réception – propriétaire d’une villa (vaste domaine rural gallo-romain).

    Elle n’est conservée qu’aux deux-tiers car elle fut en partie détruite par une source qui coulait à sa surface ; une reconstitution de la totalité est proposée.

    Restitution du panneau central :
    le dieu Océan

    Source crédit photo : association Clonas-Janus

    Au centre, un caisson hexagonal représente le dieu Océan et autour alternent des décors de monstres marins et de fleurons, etc.

    Autre découverte d’importance …

    En 1965, un bloc de pierre est mis au jour au lieu-dit ‘‘Vauvillon’’, il appartient à la partie supérieure d’un tombeau.

    Son l’inscription révèle l’existence de Licinius, propriétaire de la villa.

    Le choix de la représentation du dieu Océan évoque les probables activités de la famille des Licinius dont les marchandises circulent par voies maritime et fluviale.

    L’épitaphe se traduit ainsi : ‘‘A Publius Licinius Macrinus, fils de Marcus, Lucius Licinius Blaesus, fils de Licinius, pour son oncle paternel.’’

    Suite à cette découverte, une forte mobilisation locale apparait, donnant naissance en octobre 1996 à l’association Janus qui œuvre pour la promotion du patrimoine de Clonas ; Madame Camacho, sa présidente et les membres de l’association Janus seront nos guides de découverte des lieux.

    Soigneusement restaurée par les ateliers de Saint-Romain-en-Gal, la mosaïque et les vestiges archéologiques découverts sont présentés dans un espace muséographique qui donne les clés de lecture de cet ensemble patrimonial majeur.

    SALAISE-SUR-SANNE : l’église du prieuré et la maison du prieur, lieux d’histoire et de culture

    Au 9e siècle, les moines de Condat ont apport les reliques de Saint-Juste.

    Ce site sacré est mentionné dès 1047, le prieuré passe au 14e siècle sous la dépendance de l’abbaye de Saint-Claude.

    Entrée de l’église prieurale et maison du prieur (à gauche)
    Source crédit photo : Mairie de Salaise-sur-Sanne

    Le chœur et la crypte du 11e -12e siècle, classés Monuments Historiques en 1914, rappellent que le site était gardien de reliques saintes et haut lieu de pèlerinage ; les pèlerins venaient nombreux du Dauphiné et du Haut-Vivarais car les bienfaits dispensés par l’intermédiaire du saint étaient connus.

    C’est par la crypte que les moines débutèrent la construction de l’église du prieuré. Ils la dédièrent à Saint Martin de Tours.

    En 1364, par un testament d’Aymar, on sait que les Seigneurs de Roussillon avaient leur sépulture au Prieuré.

    En 1793, pendant la Terreur, lorsque le culte a été supprimé et les églises fermées, la châsse contenant reliques de Saint-Juste avait été clandestinement transportée de la chapelle de la nef dans la crypte.

    En effet, à cette époque, la crypte n’était plus utilisable en raison du ruissellement des eaux ; elle était encombrée de sable et de graviers et désaffectée ; elle n’avait même plus d’escaliers d’accès et les entrées avaient été murées. Impossible d’y soupçonner la présence de la châsse !

    Vue générale de l’l’intérieur de l’église prieurale
    Source crédit photo : Mairie de Salaise-sur-Sanne

    La maison du prieur, très remaniée au 18e siècle, conserve deux cheminées au rez-de-chaussée et un décor peint du 14e siècle dont il reste les parties hautes (deux chevaliers s’affrontaient au tournoi ; l’un porte les armes de Savoie).

    Dans la crypte de l’église

    Sept armoiries ont été identifiées : trois de la famille de Roussillon et l’aigle bicéphale qui doit être celle de l’abbaye de Saint-Claude.

    Le prieuré et son jardin monastique, totalement restaurés, sont devenus des lieux qui accueillent des concerts, expositions, conférences , etc.

    L’association l’Edit de Roussillon, dont son président, Monsieur Robert Valette, sera notre guide dans ce lieu chargée d’histoire.

     

    LE PEAGE-DE-ROUSSILLON : la Maison de Monsieur Saint-Prix, maison d’art et d’artistes

    Cette grande maison bourgeoise construite en 1850 est nichée en haut d’un parc municipal qui a également toute une histoire.

    Située à deux pas du centre-ville du Péage-de-Roussillon, la maison de Monsieur Saint-Prix est figée dans le temps où ce dernier y vivait jusqu’à son décès en 1981 à l’âge de 95 ans.

    En effet, l’association qui gère le site en relation avec la commune, propriétaire du bâti et du parc, a conservé (selon le testament établi par Raymond Saint-Prix) l’atmosphère qui régnait en ce lieu.

    Qui était Monsieur Saint-Prix ?

    C’est à l’âge de 19 ans qu’il rejoint Paris pour suivre des cours aux Beaux-Arts puis des cours de comédie qui le mèneront vers la Comédie Française dont il deviendra pensionnaire.

    A Paris, il côtoie de nombreuses vedettes de l’époque, jouera des rôles principaux (Britannicus par exemple au théâtre des Bouffes-Parisiens) mais devra cesser son activité en 1915 en raison de problèmes de santé.

    Après avoir été soigné à Charavines (Isère), il reviendra dans sa cité natale retrouver sa mère.

    Avec l’aide de celle-ci, il fera de la maison Saint-Prix une grande scène de théâtre, recevant comédiens, peintres, sculpteurs, auteurs et n’hésitant pas à jouer les mécènes pour faire connaître ces artistes.

    Entre les années 30 et les années 50 il organisera dans son parc où il a fait construire un théâtre de verdure (dit du bosquet d’Apollon), de belles représentations ouvertes à tous et dont les bénéfices allaient souvent aux artistes au chômage ou nécessiteux.

    Sarah Bernardt, Ninon Vallin, la mezzo-soprano Fanely Revoil sont quelques noms parmi les artistes qui ont visité les lieux, joué et chanté.

    La maison Saint-Prix nichée dans son parc
    Source crédit photo : Patrick Larbre et SC

    ‘‘En fait, de nombreux artistes qui reliaient Paris à la Côte-d’Azur s’arrêtaient chez Monsieur Saint-Prix’’ explique Madame Dominique Lhermet, l’une des membres de l’association de gestionqui veille à transmettre la flamme du maître des lieux. C’est dans son univers qu’elle nous guidera à la Maison Saint-Prix où tout a été conservé en l’état, avec ses multiples livres, objets et surtout œuvres d’art ; un grand pan de l’histoire des arts du 20e siècle nous sera révélé par Madame Dominique Lhermet.

    Dans la chambre-Musée :
    un costume de scène de M. Saint-Prix
    Source crédit photo : Patrick Larbre et SC
    – Maison Saint-Prix –

    Le grand salon
    Source crédit photo : Patrick Larbre et SC – Maison Saint-Prix

    Présentation proposée par Solange Bouvier

    Sources (textes et photos) :

    • Clonas-janus.fr
    • Livre ‘‘Salaise-sur-Sanne, Notre village -1ère partie-‘’ par André Buisson – 1981
    • Tourisme-entre-bievreetrhone.fr
    • culture.gouv.fr/notice/merimee
    • Mairie-salaise-sur-sanne.com
    • Maison Saint-Prix : c.ledauphine.com/isere-sud/2010/08/21 article de Georges Aubry
    • Maison Saint-Prix : Photos de Patrick Larbre et SC sur autorisation de Madame Dominique Lhermet
    • Photos : source privée

    LIMITE D’INSCRIPTION
    MARDI 12 AVRIL 2022

    Participation à la sortie : 47 €
    Repas tiré du sac

     

    • RÈGLEMENT : par chèque à l’ordre du «Groupe Archéologie et Histoire de MORESTEL»
    • INDIQUER votre lieu de départ au dos du chèque et votre n° de Tel portable
    • ENVOYER à Groupe Archéologie et Histoire de Morestel chez Claudine PRORIOL
      325 rue du Lion d’Or 38890 VIGNIEU

    RENSEIGNEMENTS : Claudine PRORIOL
    04 74 97 56 77
    06 78 72 53 54 (sms de préférence)
    cloproriol@orange.fr

    Points et horaires de départ du car

    Morestel :06h15
    Sablonnières :06h35
    Trept :06h45
    Bourgoin-Jallieu :07h15

    Retour à Morestel vers 20h40

    Galerie photos
    Contact

    Pour toute information complémentaire, merci de contacter Claudine PRORIOL :
    - par téléphone au 04 74 92 56 77 ou 06 78 72 53 54 (sms de préférence).
    - par E-mail à cloproriol@orange.fr

    Date limite d'inscription : Mardi 12 avril 2022

    Renseignements et/ou Inscription

      Galerie Photos
      Photos